Guide de la Corse



La Corse-du-Sud

 

Ajaccio et ses environs

Ajaccio est une ville horizontale, élégante et lumineuse, parée de couleurs pastels. Vue de la mer, la ville natale de Napoléon et de Tino Rossi s’étale sur deux étages, au fond d’un golfe magnifique, le plus beau du monde dont l’entrée est marquée par les îles Sanguinaires aux fantastiques coloris rougeâtres. Admirablement bien située entre plages et montagne, la région ajaccienne est une véritable mosaïque de sites naturels, de monuments, de plages plus belles les unes que les autres. Ville principale de la Corse du Sud. Son vieux quartier historique, ses ports et la jolie plage de Saint-François. Ses hauts lieux de l'histoire Ajaccienne dont la Maison Bonaparte, la grotte Napoléon (ou Casone) et ses musées : Le salon Napoléonien, le musée A Bandera, le musée du Capitello et le musée Fesch. La cathédrale, la place d’Austerlitz, la citadelle, la place Général de Gaulle (ou place du diamant) et la rue Fesch. Le Cours Napoléon une des artères principales de la ville. La route des magnifiques Iles Sanguinaires bordée par ses belles plages. La maison de Tino Rossi et le cimetière marin d'Ajaccio où le chanteur est inhumé. Le Grand site de la Parata.

Filitosa, Cucuruzzu et la préhistoire Corse

Filitosa, comprend en particulier des statues-menhirs ainsi que des vestiges de la civilisation dite torréenne. La période la plus ancienne correspond à la fin du Néolithique et au début de l'âge du Bronze jusque vers 1500 av. J.-C. Elle est représentée par un certain nombre de menhirs. La seconde période appartient également à la civilisation mégalithique qui, à partir de 1500, réalisa des menhirs anthropomorphes figurant sans doute des défunts, puis de véritables statues-piliers dont le visage est parfois très soigneusement sculpté. Enfin, au début du Ier millénaire, au moment où l'âge du Bronze se termine, des représentations de poignards et de longues épées à pommeau rectiligne en forme de T, parfois soutenues par un baudrier, apparaissent sur les statues-menhirs. Une vingtaine de statues-menhirs de différentes époques ont été décomptées à Filitosa. Elles constituent environ la moitié de l'effectif total de ces monuments en Corse. Cucuruzzu, classé monument historique et inscrit sur la liste des 100 sites historiques d’intérêts communs aux pays de la Méditerranée avec ses vestiges architecturaux de l’Âge du Bronze.

Bocognano et la vallée de Gravona

A mi chemin entre Ajaccio et Corte, ce bourg dynamique, entouré de châtaigniers, organise en décembre « A Fiera di a Castagna » (« la Foire de la Châtaigne ») qui connaît un succès grandissant. C’est un gros bourg de moyenne montagne à 650 m d’altitude. Au pied du Monte d’Oro, il doit sa notoriété à une des plus belle cascade de Corse (le Voile de la Mariée) et à ses châtaigneraies. La haute vallée de la Gravona s’étend de Bocognano à Sarrola-Carcopino, près d’Ajaccio. Aussi appelée vallée secrète, elle regroupe les cinq villages de Tavera, Carbuccia, Bocognano, Ucciani et Vero. Offrant une qualité environnementale extraordinaire de par ses sommets montagneux (particulièrement le Monte d’Oru) et sa végétation riche et variée, la haute vallée de la Gravona s’ouvre aux touristes amoureux de la nature. De nombreux parcours balisés et plus ou moins sportifs attendent les adeptes de la randonnée.

Bonifacio et ses environs

Bonifacio, la ville la plus méridionale de l’île. Cette ville « l’autre bout du monde » protégée par ses hautes falaises, sa Citadelle ses hautes maisons bâties sur les surplombs vertigineux de la falaise. Construite sur un cap calcaire incomparable offrant une vue imprenable sur la Sardaigne et la mer Méditerranée. La ville haute et ses fortifications comprend la vieille ville fondée par les Génois, le quartier de la citadelle et, à l’extrémité du plateau, le cimetière marin et l’esplanade Saint-François d’où le panorama est splendide. Ces deux églises : Saint-Dominique et Sainte-Marie Majeure. L’extrême-sud est une région de diversité qui alterne plages et falaises, villages typiques et marines modernes… de quoi combler tous les goûts. L’archipel des Lavezzi jouit d’une grande réputation en matière de plongée sous-marine. L’absence de pollution, la transparence de l’eau, l’omniprésence de gros mérous et de faune fixée même à faible profondeur. Piantarella, son site archéologique (7 km à l’est de Bonifacio) et ses vestiges romains. Le golfe de Santa Manza, ses petites criques sauvages et sa tour génoise. La baie de Rondinara, à 18 km au Nord-Est de Bonifacio, représente une superbe anse ourlée de sable fin. Figari, est réputé pour ses vignobles, il y a aussi un aéroport créé en 1975 qui a contribué à l’essor de l’extrême sud. Le Castellu d’Arragiu (8 km au Nord de Porto-Vecchio), bâti sur une pointe rocheuse, est un des plus captivants complexes préhistoriques de l’époque torréenne. L’Ospédale. À 800 m d’altitude, au milieu des rochers et des pins, le hameau devrait son nom à l’existence d’un hôpital à l’époque romaine. La forêt de l’Ospédale, royaume du pin lariccio. Au nord du lac de l’Ospédale, la cascade de Piscia di u Gallu chute du haut de ses 50 m dans une piscine naturelle.

Le golfe du Valinco et la vallée du Rizzanese

Le golfe du Valinco abrite le port de Propriano et de charmantes plages de sable fin. Avec ses multiples plages magnifiques ainsi que ses baies, petites et grandes. De nombreuses trouvailles préhistoriques démontrent que la région était anciennement densément peuplée. Région traversée par des rivières de part et d’autre. Le Taravo, le Baracci et le Rizzanese dessinent un relief vallonné qui fut occupé dès la Préhistoire, comme en atteste le site de Filitosa. Cette micro-région ne manque pas de charme. Les bains de Baracci (3 km de Propriano) et ses thermes connus depuis l’Antiquité romaine. Olmeto, village où mourut Colomba Carabelli qui inspira le roman de Mérimée. Campomoro avec sa belle plage et sa tour génoise. Sollacaro haut-lieu de l’histoire insulaire. Petreto et Bicchisano, deux beaux villages qui témoignent du passé.

Sartène et le Sartenais

Ses hautes maisons et ses murs de pierre lui donnent un aspect austère et authentique qui fit écrire à Prosper MERIMEE qu’elle était, “la plus corse des villes corses”, elle dispose d'un très vaste territoire et d'un superbe littoral. Son patrimoine préhistorique, archéologique, architectural, religieux, rural, militaire et paysager, lui a valu d’obtenir, en Janvier 2008, le label “Ville d’Art et d’Histoire”. La place de la Libération bordée de cafés et dominée par l’église et la mairie de Sartène. L’église Sainte-Marie, édifice baroque du XVIIIe siècle doté d’un clocher à trois étages. Le couvent Saint-Damien datant du XVIe siècle et qui fut fondé par les Franciscains. Propriano , station balnéaire avec son port de plaisances et ses nombreux hébergements, ses superbes plages et un panorama privilégié sur l’arrière-pays. Le Sartenais : Cauria et ses 3 sites mégalithiques. Paddaghju et ses menhirs, plus grand rassemblement de statues-menhirs mégalithiques de la Méditerranée et Le Lion de Roccapina est un surprenant rocher qui ressemble à un lion. Très visible, il domine la région du Sartenais.

L'Alta Rocca

La région du sud-est de la Corse, l’Alta Rocca commence au cœur de l’île pour s’achever dans la mer Tyrrhénienne. Son relief de montagnes, de plaines, mais aussi de bord de mer, en a fait un lieu de prédilection pour l’élevage. l’Alta Rocca c’est des villages de granit, des vallées encaissées, des plateaux dénudés,des cascades enchanteresses, des chapelles oubliées… les villages de Zonza, Sainte-Lucie-de-Tallano ou Carbini, la vallée du Rizzanese, le massif de Bavella et ses aiguilles . La région Alta est cernée des trois côtés par des hauts rochers : au nord par le Massif de Bavella, à l´Est par la Punta di u Diamante, le Bocca d´Illarata et la Punta di a Vacca Morta et au sud par la montagne de Cagna. Uniquement vers le sud-ouest s´ouvre le plateau en direction de la mer. Sainte-Lucie-de-Tallano, perchée entre mer et montagne à 450 mètres d’altitude, est un village oléicole. L’huile d’olive y est de qualité et donne lieu à la foire festa di l’Oliu novu. Levie est située au carrefour des vallées du Rizzanese et du Fiumicicoli entre maquis et châtaigniers. San Gavino di Carbini est un joli village dont l’histoire est liée à celle des Giovannali, confrérie taxée d’hérésie et combattue par l’Église au XIVe siècle. Zonza. Cet agréable village aux hautes maisons de granit est entouré de superbes forêts et montagnes. Quenza s’étale, au milieu des châtaigniers et des chênes verts, devant le panorama unique des aiguilles de Bavella.

Porto-Vecchio

La ville est petite et demeure sur un rocher qui domine le golfe. Bâtie par les Génois pour devenir une place forte en 1539, elle fut longtemps infestée par la malaria. Les fortifications génoises ont été en partie conservées. Les 5 bastions, la porte génoise et les ruelles étroites de la citadelle gardent un charme incontestable. La marine qui avec ses ports de plaisance et de commerce est au troisième rang des liaisons Corse-Continent. Les Salines qui s’étendent sur une dizaine d’hectares et offrent un paysage géométrique étonnant. Elles ont valu à Porto-Vecchio le titre de « Cité du Sel ». L’église Saint-Jean-Baptiste commencée au XVIe siècle et jamais totalement achevée. Les plages de sable blanc, souvent ombragées de beaux pins parasols ont fait la réputation de la région. Parmi les plus connues, citons les plages de Palombaggia, Pinarello, San Cipriano, Golfo di Sogno et, plus loin, Santa Giulia.

Le golfe de Sagone et sa région

Sagone se situe entre Ajaccio et Cargèse et offre de magnifiques plages à l’embouchure du Liamone. Sagone abrita un évêché du Vie au XVIe siècle dont il ne reste rien aujourd’hui mais vous pourrez y voir la Tour génoise et les ruines de la cathédrale Sant’Appiano. Cette petite station balnéaire bordée de bars et restaurants se distingue par ses criques et ses grandes plages. Détente et sports nautiques au programme, le tout dans une ambiance familiale. Vico, à 15 n de la mer en redescendant un peu à partir du cl Saint-Antoine. Un vrai village corse, chaleureux et vivant, groupé autour d’adorables petites lacs, planté dans un écrin de montagnes, dont la Sposata (l’épouse) connue pour sa légende.

Porto et sa région

Porto et son golfe classé au patrimoine Mondial de l’Unesco, est une station balnéaire réputée pour son fabuleux coucher de soleil. Cintrée par ses hautes falaises de granit rouge et dominée par sa célèbre tour Génoise carrée, Porto est une étape incontournable. Piana et ses Calanches, délicieux village typique classé comme l’un des plus beaux villages de France. Niché au creux des fameuses Calanches, fantastique paysage minéral, avalanche immobile de granit rouge que le vent et la mer usent et polissent pour offrir à nos yeux un spectacle surréaliste. Cargèse, petit et pittoresque port de pêche avec deux églises qui se font face, l’une au rite latin, l’autre au rite orthodoxe. Ota, à 5km de Porto dominant la mer. Girolata auquel on accède uniquement par mer ou à pieds. Evisa et ses châtaigniers.

La Haute-Corse

Bastia et ses environs

De la plaine orientale aux villages du Cap Corse, c’est une région contrastée avec des paysages alliant hautes montagnes, longues plaines, vallées étroites, petites marines paisibles et villages perchés. La ville de Bastia est la ville de Corse la plus marquée par le royaume de Gênes avec ses façades baroques, ses toits de lauze bleutée et ses clochers majestueux. En 1811, Napoléon choisit Ajaccio, sa ville natale, pour en faire la capitale de la Corse, Bastia perd alors son titre. Bastia est la deuxième ville de Corse en population après Ajaccio mais reste la capitale économique de l’île. Son port et son aéroport en font une ville particulièrement animée. Terra Nova : le quartier de la citadelle, la cathédrale baroque Sainte-Marie, l’oratoire Sainte-Croix, les jardins Romieu et le palais des Gouverneurs. Terra vecchia : le vieux port, l’église Saint-Jean-Baptiste, l’oratoire Saint-Roch et la chapelle de la Conception.

Le cap Corse

Extrémité nord de la Corse, le Cap Corse, aussi appelé la Corse miniature, a une forme une avancée dans la mer de 40 km de long et de 12 à 15 km de large. La chaîne montagneuse qui divise le Cap dans sa longueur est légèrement plus à l’ouest, ce qui donne des façades occidentales et orientale très différentes. La première est très abrupte. Desservie par une route de corniche spectaculaire, elle abrite des villages nichés sur les hauteurs. La seconde est ponctuée de plages et de ports, tandis que les plaines remontent lentement vers les villages en retrait. On peut faire le tour du Cap Corse en quelques heures, de Bastia à Saint-Florent, pour s’enivrer de paysages changeants. Canari. Village accroché à flanc de montagne avec une vue est extraordinaire qui a la particularité d’être constitué de 11 hameaux. Son clocher isolé sur la place qui fut érigé là, à l’écart de l’église Saint-François, car les cloches de celle-ci ne pouvaient être entendues dans les villages avoisinants. Lavasina abrite l’église du XVIIe siècle, Notre-Dame-des-Grâces. Le tableau La Madona di Lavasina, attribué à l’école du Perugin (XVIe siècle), est considéré comme miraculeux. Centuri. Sur le versant ouest du Cap, le port de Centuri est peut-être la plus belle marine du Cap Corse. C’est aujourd’hui l’un des ports de pêche les plus actifs de la région. Canelle et Morsiglia. Le premier est un petit hameau dont l’origine remonte à l’époque romaine. Le second est intéressant pour ses maisons-tours, son couvent du XVe siècle et l’église Saint-Cyprien. Nonza. Perché sur un éperon rocheux, et dominant la mer d’une manière impressionnante. Erbalunga, construit sur les rochers. Avec sa tour génoise et ses maisons les pieds dans l’eau. Santa Severa , Luri et Macinaggio. Ce village a longtemps été un port de pêche et de commerce important sur la mer Tyrrhénienne. C’est là que débarqua Pasquale Paoli au retour de son premier exil. Aujourd’hui voué aux plaisanciers, il accueille un nombre important de bateaux italiens et français.

Calvi

Immuable décor doté d’une richesse historique et patrimoniale, la citadelle se dresse avec fierté au dessus de la ville. La Citadelle de Calvi se pose naturellement comme un site emblématique de la Balagne. Elle a une situation géographique privilégiée, perchée sur un promontoire rocheux avec un un panorama à 360° sur la ville, son petit port de plaisance et les montagnes. Elle est considérée comme la capitale de la Balagne. Elle vous invite à arpenter ses ruelles pavées et de partir à la découverte de l’univers dans lequel Christophe Colomb est né. Vous y trouverez les ruines de la maison qui l’a vu naître. L’Oratoire Saint Antoine qui fut bâti en 1510. Occupé par les confréries Saint-Antoine et de l’Annonciation, il présente sur son linteau d’ardoise verte, Saint-Antoine abbé entouré des deux patrons de la ville. Ce lieu s’anime au cours des fêtes pascales et possède un petit musée d’art religieux. La célèbre Cathédrale Saint Jean-Baptiste qui fut construite au XIIIe siècle. En 1576, elle devient pro-cathédrale. Il faut entrer admirer ses loges destinées à accueillir les femmes de notables (les grillages sont d’époque…), ses fonds baptismaux de 1568, son maître-autel en marbre polychrome du XVIIIe siècle, son Christ Noir et sa Vierge du Rosaire (XVIe siècle) que l’on porte en procession à Pâques. L’église Sainte-Marie Majeure, située dans la basse-ville et la pointe de la Revellata (à 3 km de la citadelle de Calvi).

La Balagne et Ile Rousse

La Balagne est le « jardin de la corse » : vergers d‘oliviers, de figuiers, d’orangers… s’y succèdent. Région aux charmes multiples, elle sait surprendre avec des zones sauvages comme celle du désert des Agriates, se faire pimpante sur le littoral et à l’approche de Calvi ou d’Ile Rousse, puis enchanteresse avec ses villages perchés dans un amphithéâtre ouvert sur la mer. Ainsi, en Balagne, les maisons de bergers surplombent de magnifiques plages de sable fin. Ile Rousse, un petit port balanin, qui, au fil du temps, s’est métamorphosé en charmante cité. Placée sous la protection de son fondateur Pasquale Paoli et baignée par la mer, l’Ile Rousse est un petit port agréable, une charmante station balnéaire et une ville animée tout au long de l’année. C’est une des nombreuses perles de la région de la Balagne avec son marché et sa place Paoli. Point de départ de balades dans les ‘vieux’ villages : Corbara, Pigna, San Antonino, Santa-Reparata et Algajola.

Le centre autour de Corte

Fondée en 1419, Corte est au cœur de la Corse et de par son histoire Pascal Paoli en fit le giron politique et culturel de son gouvernement sous le siècle des Lumières. L’Université y est crée en 1765. La citadelle perchée sur un promontoire rocheux, semble dominer les vallées environnantes, la vallée de la Restonica, la vallée de l’Asco et ses hauts sommets… jusqu’à la Castagniccia. Les hauts sommets se succèdent dans cette région lui donnant un caractère majestueux. Choisie comme la capitale de l’île au 18ème siècle, la ville de Corte est plantée au milieu de ces paysages montagneux. Elle est aujourd’hui le centre géographique de l’île et accueille l’Université de Corse. Plus loin vers l’est, tapie dans les montagnes et à seulement une heure de la mer, se cache la Castagniccia, région au caractère unique. Marquée par la domination génoise, on y trouve de nombreuses églises de style baroque. Le châtaignier qui a donné son nom à la région y règne toujours et en a fait le « trésor vert » de la Corse.

La Castagniccia

Située au Nord-Est de Corte, la Castagniccia est, comme son nom l'indique, une région de châtaigners. Jadis riche et très peuplée, cette région comporte plusieurs villages emblématiques, dont la Porta ou encore Morosaglia, village qui a vu naître Pascal Paoli. Elle est également réputée pour sa charcuterie. 

Saint-Florent et le Nebbiu

Blottie au fond d’un magnifique golfe, bordée par des plages idylliques, l’antique cité romaine est aujourd’hui devenue une station balnéaire très appréciée pour son authenticité et ses nombreuses acticités offertes aux visiteurs. Orienté vers l’occident, le golfe de Saint-Florent apparut comme stratégique aux Génois qui y érigèrent une citadelle. Souvent assaillie, la ville connut une histoire tourmentée. Privée de ses remparts au XVIIIe siècle, elle fut délaissée. Aujourd’hui, son port de plaisance, la beauté de son golfe et les ruelles agréables de la ville lui ont donné de nouveaux attraits, plus touristiques cette fois. Fleuron de l’architecture militaire, la Citadelle élève sa puissante silhouette au cœur de la région du Nebbio qui allie les richesses de lamer à celles d’un arrière-pays empreint de civilisation ancienne. La cathédrale du Nebbiu, Santa-Maria Assunta, est un bel édifice roman du XIIe siècle Sa façade est ornée de motifs sculptés. En août, ne pas rater le festival « Porto Latino » qui met les musiques latino-américaines à l’honneur. Dans les environs, Patrimonio et ses vins AOC, Oletta et son église Saint-André, du XVIIIe siècle, le défilé du Lancone, route impressionnantes taillée dans la roche, Murato avec son église San Michele et la vallée de l’Ostriconi, entre le Nebbiu et la Balagne.

Aleria et la vallée du Tavignano

Aléria, située à l’embouchure du Tavignano, vielle ville fondée par les Grecs, initialement appelée Alalia, fut créée en 565 av. J.-C. par les Phocéens. Plus tard, Aléria sera la capitale de la Corse romaine et l’un des ports les plus importants de Méditerranée. La ville est alors florissante et sa population s’élève à 20 000 habitants. Pourtant, au Ve siècle, les invasions barbares mettront un terme à sa prospérité. Ruinée et abandonnée, elle disparaîtra sous la végétation et les eaux des marécages. Il reste de beaux vestiges de cette époque de gloire. La ville ne renaîtra qu’après la Seconde Guerre mondiale, une fois la malaria éradiquée. Egalement ville 'centrale' de la Plaine Orientale et de son importante région agricole.

Histoire de la Corse

La Corse de nos jours 

Une explication de la vie économique, politique et culturelle de l'île aujourd'hui. 

L'époque Génoise et la guerre d'indépendance Corse

La Corse a connu l'influence génoise pendant de longues années, pour ensuite devenir indépendante, et finalement, française. 

L'antiquité et le moyen-age en Corse

La Corse entre phocéens, romains et invasions barbares.

La préhistoire Corse

De nombreux vestiges témoignent de présence humaine à l'époque préhistorique. Retour sur cette période de l'Histoire. 

Géographie de la Corse

La faune et la flore de Corse

La Corse recèle de trésors et particulièrement grâce à sa faune et sa flore très diversifiées. Elle dispose en outre de cinq réserves naturelles. 

Le climat et le relief de la Corse

La Corse, c'est un climat méditerranéen avec des différences de température parfois assez importantes entre le niveau de la mer et la montagne, en altitude. 

Cuisine et Gastronomie de la Corse

La Clémentine Corse

La plaine orientale est réputée pour ses vergers: on y cultive notamment la Clémentine Corse, grâce à des conditions climatiques optimales.

La Corse aujourd'hui

L'ONF en Corse

L'Office National des Forêts est assigné à la protection des belles forêts de l'île. A travers diverses missions, elle participe au développement durable en Corse.

Venir en Corse

Le bateau ou l'avion pour venir en Corse

Nos conseils pour choisir au mieux son moyen de transport pour venir en Corse. Les ports, aéroports ainsi que les différentes compagnies...